1

Tiers-lieux : le baby-boom du coworking

mercredi singulier tiers-lieux

Dans le contexte du travail en pleine mutation, le Mercredi Singulier du 4 décembre a dressé le bilan des tiers-lieux en Île-de-France. Parmi eux, les espaces de coworking se sont particulièrement bien développés dans cette région depuis quelques années.

Qu’est-ce qu’un tiers-lieu ? C’est la toute première question posée lors du Mercredi Singulier du 4 décembre, organisé à l’espace de coworking des Studios Singuliers, et consacré à cette thématique. Appelés aussi espaces de travail partagés et collaboratifs, les tiers-lieux désignent des lieux de travail permettant aux actifs d’exercer à distance, en dehors du domicile ou de l’entreprise : espaces de coworking, fabs labs (ateliers de fabrication numériques), bureaux mutualisés… Cette solution alternative vise aussi à favoriser les échanges et mixer les publics. Depuis quelques années, les tiers-lieux sont en plein essor. « Il y a dix ans, on comptait dix espaces de coworking en Île-de-France, maintenant on en dénombre 450 », précise Gwénaelle Dralou-Tanguy, chargée de mission tiers-lieux et Très Haut Débit au Conseil régional d’Île-de-France. Au total, plus de 2 000 tiers-lieux (au sens large : coworking, bibliothèques, espaces de travail nomades dans les hôtels, etc.) sont implantés dans la Région. 

Tout l’enjeu de cette croissance en Île-de-France tient à l’importance des déplacements pendulaires, c’est-à-dire les trajets domicile-travail dans les grands centres urbains. Ainsi, la multiplication des tiers-lieux est étroitement liée aux questions de l’ancrage sur les territoires péri-urbains et ruraux, de l’engorgement des transports publics et des équipements numériques. Depuis 2012, le Conseil régional s’est mobilisé en faveur de leur développement, notamment par son soutien financier à 180 espaces de coworking,

Plateforme Smart Work

 « Pourquoi avez-vous choisi de travailler aux Studios Singuliers ? », interroge Gwénaelle Dralou-Tanguy. La réponse des coworkers est unanime : la convivialité, la richesse des échanges et la proximité avec le domicile. La référente des tiers-lieux pour le Conseil régional d’Île-de-France a d’ailleurs la chance de pouvoir exercer ici en télétravail plusieurs heures par semaine. La question du développement du télétravail constitue pour la Région un axe fort d’engagement : « Nous souhaitons sensibiliser sur le télétravail, d’ores et déjà nous avons pris contact avec quatorze grandes entreprises de La Défense », souligne Gwénaelle Dralou-Tanguy. Si le télétravail est en forte croissance dans les nouveaux espaces de travail, il se heurte néanmoins à quelques freins : responsabilité de l’employeur, contrôle des risques, question des normes de sécurité…

OBJECTIF : Que chaque Francilien ait accès à la meilleure solution de travail dans un espace collaboratif.

La Région Île-de-France donne en outre une impulsion à l’essor des tiers-lieux via la plateforme Smart Work. Celle-ci permet, à l’aide d’une cartographie dédiée, de trouver des espaces de coworking proches de chez soi, et de monter un projet d’espace de travail en Île-de-France. Créée en collaboration avec Neo-nomade (plateforme de recherche et de réservation d’espaces de coworking), Smart Work rend visible ces tiers-lieux. Objectif : que chaque Francilien ait accès à la meilleure solution de travail dans un espace collaboratif. Avec toutes les journées de grèves en ce mois de décembre, cette plateforme devrait d’autant plus répondre aux besoins.

Christophe de La Mure

Comments 1

  1. Pingback: Studios Singuliers : coworking et convivialité | papernest - Le Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *