1

Panorama de la Civic Tech : que demande le peuple ?

Panorama de la Civic Tech :
Que demande le peuple ?

Présentation de Valentin Chaput, Co-animateur de Open Source Politics, membre de DemocracyOS

À une époque où les forts taux d’abstention reflètent une déconnexion majeure entre l’appareil politique dans son ensemble et la population, le débat citoyen et l’innovation démocratique sont en pleine effervescence sur internet. Bienvenue dans l’ère de la “Civic Tech” ! En ce Mercredi Singulier, Valentin Chaput, co-animateur de Open Source Politics et membre de DemocracyOS France, nous a présenté un panorama de ces nouveaux acteurs de la démocratie. Et si une révolution était en marche ?

Quelle démocratie à l’ère d’internet ?

De l’élection de Barack Obama au Printemps Arabe, de Podemos en Espagne à la révolution du peuple islandais, chaque fois, internet a joué un rôle majeur. Pourtant, comme l’a si bien remarqué Pia Mancini, co-fondatrice de DemocracyOS, “ nous sommes des citoyens du 21e siècle faisant de notre mieux pour interagir avec des institutions conçues au 19e siècle, basées sur une technologie de l’information datant du 15e siècle. Il serait temps de nous poser la question : qu’est-ce que la démocratie à l’ère d’internet ? ”

Panorama et missions de la Civic Tech

Depuis quelques années, de nombreux acteurs voient le jour sur la toile pour accompagner les citoyens du monde entier dans la reconquête du politique, DSCF5854avec un rapport plus direct, flexible et continu. Par là, la Civic Tech nous laisse entrevoir une forme de démocratie en accord avec notre époque. Mais les initiatives et les approches y sont très diverses. Dans son étude sur la Civic Tech aux USA en 2013, la Knight Foundation a distingué deux branches : le gouvernement ouvert et les actions de communauté. Devant l’agora de notre espace de coworking, Valentin Chaput nous a présenté quelques acteurs français de la première catégorie.

Aider à la compréhension de la vie politique

Pas si simple de comprendre en détail l’évolution des projets de loi, n’est-ce pas ? Pas de panique ! La Fabrique de la Loi vous explique comment sont transformés les textes pendant tout le processus parlementaire. Les temps de parole de chaque famille politique sont mesurés et vous disposez même de l’historique des amendements. Avec ce même objectif de faciliter la compréhension par le grand public de la vie politique, Voxe.org, comparateur de programmes politiques par thème, vous aidera à faire votre choix aux prochaines élections. Cette plate-forme a connu un fort succès lors des dernières élections régionales en France.

Mobiliser les citoyens

Bonjour ! Vous auriez une seconde pour signer la pétition… ? “ Si vous n’êtes pas du genre à vous laisser alpaguer dans la rue malgré la bonne cause, vous pourrez vous rattraper tranquillement devant votre écran, sur Change.org, le paradis des pétitions : à signer en ligne et à faire circuler, DSCF5859bien entendu ! Mine de rien, ce site compte déjà 6 millions d’inscrits en France, plus de 130 millions dans le monde et aura permis de faire la différence dans une multitude de combats à travers le globe : le site revendique une victoire toutes les heures dans le monde. Pour faciliter la mobilisation citoyenne, Fullmobs vous sera aussi d’une aide précieuse. Son avantage est de proposer des thèmes et actions de courtes durées, pour contourner la peur de devoir s’engager sur tous les fronts. De puissants outils de campagne existent par ailleurs, comme Nation Builder ou 50+1, inspirés de la campagne présidentielle de Barack Obama, en proposant un reporting sur la répartition des citoyens et le suivi de leur sollicitation.

Prendre de meilleures décisions ensemble

La question du mode de délibération est cruciale dans ce mouvement de transformation de la démocratie à l’ère du numérique. En tête des suffrages, DemocracyOS, plate-forme open source créée en Argentine en 2012, vous permet de prendre de meilleures décisions ensemble de manière collaborative sur tous types de sujets, avec une expérience utilisateur fluide. Vous pouvez y créer facilement une série de consultations, débattre, recenser les voix et même produire des statistiques. DemocracyOS a été traduit en 19 langues et est aujourd’hui adopté un peu partout dans le monde. D’ailleurs, l’équipe de DemocracyOS France s’est installée en janvier 2016 dans notre espace de coworking ! Autre exemple d’innovation par le mode de délibération, la mairie de Paris a lancé son Budget Participatif en 2014, en incluant les citoyens dans le choix des projets auxquels allouer son enveloppe. Désormais, les parisiens sont aussi inclus dans le processus de proposition et de co-construction des projets.

Repenser la représentation politique

D’autres plates-formes veulent (carrément) repenser la représentation politique, comme LaPrimaire.org, visant à faire émerger un(e) candidat(e) citoyen(ne), non issu(e) d’un parti politique, pour la présidentielle de 2017 ! Chaque candidat pourra s’y inscrire, y avoir sa page, présenter son programme, débattre publiquement avec les autres candidats, grâce à un véritable kit de campagne. Et si le (ou la) prochain(e) Président(e) de la République en était issu ? Pourquoi les partis politiques (365 000 personnes, soit 0.5% de la population française) auraient-ils le monopole de la sélection des candidats ? Autre alternative, le collectif #MaVoix part du postulat maxresdefaultselon lequel la personnalisation détruit la politique. Comme dans l’antique démocratie athénienne, leur concept est de tirer au sort des députés et proposer des MOOCs sur le fonctionnement parlementaire. Si cette idée vous parle, l’ouvrage “ Contre les élections ” de David Van Reybrouck devrait vous plaire. Une autre approche intéressante est celle de Parlement & Citoyens, créé en 2013. Ce site permet aux parlementaires de mettre en ligne les sujets de consultation pour recenser les votes et commentaires des citoyens, ce qui pourra donner plus de sens à leur mandat…

Militer pour plus de transparence

Si vous vous intéressez aussi aux coulisses des débats parlementaires, pour en comprendre les vrais enjeux, Integrity Watch cartographie pour vous les lobbyistes en France, leurs budgets, ainsi que les activités et intérêts externes des parlementaires susceptibles d’interférer avec leurs décisions, si vous voyez ce que je veux dire. Cette plate-forme a été créée par Transparency International, ONG engagée dans la sensibilisation et le plaidoyer contre la corruption. Pendant ce temps, du côté de l’institution, dans le sens d’une plus grande transparence, le Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique a lancé la mission Etalab. Cette politique d’ouverture et de partage des données publiques s’inscrit dans ce que l’on appelle l’ “ Open Data “.

Les enjeux de la Civic Tech

Aujourd’hui, la Civic Tech n’a pas encore véritablementDSCF5856 trouvé son modèle économique. Ses plates-formes connaissent un fort taux d’érosion, car en politique, seuls restent ceux et celles qui construisent leur engagement dans
le temps. L’open data et l’open source ont du mal à s’imposer dans les entreprises. Quant à la mobilisation des citoyens sur le terrain, pas seulement devant leurs écrans, c’est une autre paire de manches. Cependant, grâce à la Civic Tech, une transition vers de nouvelles formes de démocratie est certainement en marche, ce qui semble aller dans le sens de l’Histoire.

La démocratie liquide

Les acteurs de la Civic Tech contribuent à renforcer l’engagement citoyen, la participation démocratique et la transparence des gouvernements et entreprises : si bien qu’à l’horizon, se profilent de nouveaux modes de représentation plus flexibles comme la démocratie liquide, permettant de déléguer son vote à un autre citoyen. Ce mandat de représentation est dit liquide car révocable, ce qui est plus engageant qu’un simple partage sur la toile et potentiellement très viral. Les citoyens pourront plus directement participer à la vie politique, à condition de reconquérir leurs facultés de proposer, de débattre, de délibérer ensemble, en continu, sur tous les sujets de la cité. Grâce aux progrès de la cryptographie et au modèle de la blockchain expérimenté sur le Bitcoin, demain, la technologie devrait permettre d’organiser des votes dont il sera impossible de falsifier les résultats. La Civic Tech n’en est encore qu’à ses débuts. Tout reste donc ouvert pour les prochaines années, qui nous réserveront sans doute de belles surprises. Et vous, quel est votre engagement ?

PCK

Pierre Chanel Kilama

fondateur de Textaz.com développe une nouvelle forme d’écriture créative et collaborative : le Co-Writing. Texteur tout terrain, il met sa plume au service des Studios Singuliers et s’évertue à connecter celles des autres. 

Partagez cet article !

Les prochains Mercredi Singuliers

Comments 1

  1. Pingback: La Civic Tech, l’avenir de la politique | TEXTAZ.PRO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *