Le mercredi Singulier de See-Mone

See-Mone, nouvelle marque de vêtement en soie thaïe

Héritage et savoir-faire ancestral

En quelques mots

See-Mone ‘couleur patinée’ en thaïlandais, c’est avant tout une jeune marque qui lance sa première collection entièrement faite en soie thaïe : des coupes sobres à mi-chemin entre élégance et confort et une farouche volonté de valoriser sans dénaturer le fragile équilibre du patrimoine artisanal de l’Isan au Nord-Est de la Thaïlande.

Maï Trebuil, fondatrice de See-Mone Zoom sur la créatrice Maï Trebuil

« Moitié française de Bretagne, moitié thaïlandaise de Bangkok », fille d’un agronome et d’une sociologue passionnée de tissus, See-Mone mélange délicieusement sa passion pour le tissage, l’artisanat traditionnel, la transmission de savoir-faire ancestraux et l’authenticité à la fois brute et raffinée de la soie. Elle travaille en partenariat avec la petite association Silknet.

La soie mode d’emploi !

Step 1 : à l’origine il y a des vers à soie… plutôt maigrichons. Ils sont nourris une semaine avec des feuilles de mûriers de Chine, puis ils commencent à tisser leur doux cocon autour d’eux. Pas pour longtemps puisque les petits choux vont bientôt être ébouillantés. Par cruauté bien sûr, mais aussi pour récupérer les précieux filaments nécessaires aux artistes tisserands et aux familles en tant que revenus complémentaires. L’apport protéinique des dodus vers est alors célébré par la communauté…

Step 2 : trois épaisseurs de fils plus ou moins fins sont alors twistées à la main par les femmes. Selon leur âge et leur dextérité elles participent à différents niveaux comme maillon de la chaine. Les fils sont alors plongés dans des bains, de cendres notamment.

Step 3 : Chut… le village d’à côté pourrait entendre !

Tout savoir sur la soie japonaise, présneté à l’occasion de l’exposition KAIKO – La Sériciculture Impériale du Japon

La question du jour

Mais y a une nana qui s’y connaît plus que les autres et qui dit  ‘C’est bon ! Ils partent à la bouillotte !’ ?

 Le mot rigolo

Le Lac : excréments d’insectes de couleurs marron, essentiellement composés de résine d’arbre, qui produit une teinture naturelle très raffinée de couleur… rose pâle !

La problématique qui fait problème

La soie perd de l’intérêt en Thaïlande au profit des grandes marques occidentales.

See-Mone souhaite prendre le contre pied de cette tendance. Mais un dangereux paradoxe  plane… les jeunes générations partent à l’université grâce au fruit de la vente des tissus et s’éloignent du savoir-faire qui fait leur richesse.

L’empêcheur de tourner en rond

‘Nos grand-mères à nous savaient toutes tisser. En deux générations c’est fini !’ Ironie de l’histoire ou rachat de conscience, dans le fait de vouloir préserver à l’autre bout de la planète les savoir-faire qu’on ne sait plus perpétuer chez nous…

Merci @MaiTrebuil pour son intervention !

www.see-mone.com – Voir la boutique en ligne

la collection See-Mone au studios singuliers

Présentation de la collection See-Mone au studios singuliers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *